Home Active Elections en Argentine : Javier Milei, le polémiste ultralibéral, élu président
ActiveAfrique du SudBrésilBusinessChineEconomieHealthIndeInspirationIranNon classéPolitiqueRussieSociétéSportsTechUncategorized

Elections en Argentine : Javier Milei, le polémiste ultralibéral, élu président

Elections en Argentine : Javier Milei, le polémiste ultralibéral, élu président

Le 19 novembre restera gravé dans l’histoire politique de l’Argentine, marquant l’élection de Javier Milei, un économiste ultralibéral au discours tranchant et aux positions controversées, à la présidence du pays. Face à une crise économique dévastatrice caractérisée par une inflation galopante de 143 %, des inégalités abyssales et une monnaie en chute libre, les Argentins ont fait le choix surprenant de porter au pouvoir ce défenseur du libre marché.

Javier Milei, qui a remporté le second tour de l’élection présidentielle avec 55,6 % des voix contre le centriste Sergio Massa, incarne un mouvement populiste, antisystème et ultralibéral, à l’image de personnalités politiques telles que Donald Trump et Jair Bolsonaro.
Le nouveau président, adepte de la dollarisation de l’économie, s’est positionné en opposition radicale au gouvernement précédent, critiquant ouvertement le modèle économique péroniste.
Javier Milei, économiste d’extrême droite autoproclamé « anarcho-capitaliste », a émergé sur la scène politique il y a seulement deux ans, attirant l’attention par ses déclarations choc et son mépris affiché pour ce qu’il considère comme une « caste parasite » au pouvoir.

Au-delà de ses positions économiques, Milei se distingue par des opinions tranchées sur des questions sociétales sensibles. Son opposition à l’avortement et son climatoscepticisme, qualifiant le changement climatique de simple « cycle », ont suscité des réactions mitigées au sein de la société argentine.
La victoire de Milei représente un tournant radical dans la politique argentine, marquant la fin du mandat du président péroniste Alberto Fernandez.
Dans son discours de victoire, Milei a déclaré que « c’en est fini du modèle appauvrissant de la caste » et a promis d’adopter un « modèle de liberté » pour restaurer la puissance de l’Argentine sur la scène mondiale.

Cependant, la surprise et la controverse entourent cette élection.
Les critiques redoutent les conséquences de la politique ultralibérale de Milei sur une économie déjà fragile et sur une population fortement touchée par la pauvreté.
Les objectifs de rééquilibrage budgétaire du Fonds monétaire international (FMI), auxquels l’Argentine peine déjà à répondre, ajoutent une pression supplémentaire sur le nouveau président.

L’Argentine, troisième économie d’Amérique latine, entre dans une ère incertaine avec Javier Milei à sa tête. Les prochains mois révéleront la véritable portée des réformes promises par ce président atypique et controversé, tandis que le monde observe avec attention l’évolution de cette nouvelle donne politique en Amérique du Sud.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

Politique

Afrique du sud / Après sa prestation de serment Cyril Ramaphosa contraint de diriger avec des partis d’opposition

Cyril Ramaphosa le président nouvellement élu de l’Afrique du Sud Photo :...

Russie

Sommet ministériel des BRICS en Russie De nouveaux pays manifestent l’envie d’intégrer le groupe

Photo : Réseau International Le Sommet ministériel des BRICS, ou pays émergents,...

Russie

Guerre en Ukraine – Zelensky dit avoir reçu l’assurance du président chinois qu’il ne vendrait pas d’armes à la Russie

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, assure avoir eu une promesse du président...